Santé et environnement

Interroger la santé humaine par le prisme de l’environnement devient aujourd’hui un questionnement de plus en plus indispensable parce que les crises écologiques sont désormais aussi à l’origine d’un grand nombre de crises sanitaires ce qui exige, par conséquent, une prise de conscience collective.

 

Définitions

Les termes " santé " et " environnement " ne posent peu ou pas de problèmes majeurs quant à leur définition. La santé peut se définir assez simplement comme un " état de complet bien-être physique, mental et social (…) [qui] ne consiste[rait] pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité " (1).  Cette définition de la santé comporte en elle-même la justification d’une réflexion éthique dans la mesure où elle intègre notamment l’aspiration collective et solidaire au mieux-être des personnes. L’environnement, quant à lui, peut être entendu comme " l’ensemble des éléments et des phénomènes physiques, chimiques et microbiologiques qui entourent un organisme vivant, se trouvent autour de lui " (2).  L’environnement prend également en compte le vivant non humain.

 

Etat des lieux

 

L’état actuel de nos connaissances ne permet pas de déterminer tous les liens qui existent entre la santé humaine et son environnement  ; toutefois, ces liens justifient, en eux-mêmes, une approche intégrée, récemment qualifiée dans le milieu anglo-saxon sous le terme de " Global Health ". Un certain nombre de relations entre environnement et santé humaine peuvent néanmoins  être déjà soulignées et justifier d’une approche globale de la santé face à la mondialisation des risques sanitaires.

D’une part, les recherches ont montré combien l’environnement avait une influence cruciale sur la santé : la qualité de la biodiversité influence la santé humaine de telle façon que la préservation de l’une et de l’autre vont assurément de pair. Certes, la biodiversité peut constituer une menace pour l’Homme au regard du réservoir de maladies et de vecteurs qu’elle comporte, mais elle est également une source indéniable de molécules actives (pour des médicaments en l’occurrence) et cela, sans compter l’ensemble des services directs que les écosystèmes rendent à la santé et au bien-être de l’humanité. 

 

Biodiversité : un concept mal connu

La biodiversité peut être définie notamment comme la variété de la faune et de la flore, renvoyant tout à la fois au patrimoine génétique et génomique et à leur environnement. 

Une étude internationale de 2014 de la Convention sur la diversité biologique montre une méconnaissance du sujet au sein de la population : si 70 % des personnes interrogées ont entendu parler de biodiversité, seules 30 % peuvent en donner une définition correcte. Plus globalement, le rapport note une compréhension limitée des enjeux et de l’importance de la biodiversité pour le bien-être humain. Le premier objectif du " Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 " est d’ailleurs de faire en sorte que les individus soient " conscients de la valeur de la diversité biologique et des mesures qu’ils peuvent prendre pour la conserver et l’utiliser de manière durable ".

 

D’autre part, l’être humain a une influence sur l’environnement. La notion de " crise écologique " qui a émergé ces dernières décennies souligne à cet égard l’altération profonde de la biodiversité sous l’effet des actions humaines. Le problème n’est pas aujourd’hui tant que la biodiversité évolue sous l’effet de l’action humaine – le vivant n’a eu de cesse d’évoluer depuis son apparition sur Terre – que la vitesse à laquelle celle-ci évolue et comment cela détériore aujourd’hui la capacité du vivant à se diversifier et à se renouveler.
 

Les phénomènes de déforestation, surpêche ou encore l’usage de molécules perturbant volontairement les processus vitaux (certains herbicides…) ne sont que quelques exemples parmi d’autres de ces activités humaines ayant des conséquences néfastes sur l’environnement.
 

Un exemple : le cas des perturbateurs endocriniens (3)

" Les perturbateurs endocriniens regroupent une vaste famille de composés capables d'interagir avec le système hormonal, et notamment avec notre métabolisme ou nos fonctions reproductrices. Leur étude représente un enjeu majeur pour les chercheurs en santé publique et les pouvoirs publics car les sources d'exposition sont nombreuses et difficiles à maîtriser, tandis que les conséquences biologiques de ces expositions sont encore mal appréhendées et complexes à étudier. (…) Les perturbateurs endocriniens altèrent le fonctionnement habituel de l'organisme en interagissant avec la synthèse, la dégradation, le transport et le mode d’action des hormones. Ces molécules se caractérisent donc par un effet toxique non pas direct, mais indirect, via les modifications physiologiques qu'elles engendrent. (…) Il existe une grande diversité parmi les perturbateurs endocriniens, et les sources de contamination auxquelles hommes et animaux sont exposés sont également nombreuses. En effet, ces composés peuvent être présents dans des produits manufacturés ou des aliments d'origine végétale ou animale. Ils sont pour la plupart issus de l'industrie agro-chimique (pesticides, plastiques, pharmacie…) et de leurs rejets. Beaucoup sont rémanents : ils persistent dans l'environnement de longues années et peuvent être transférés d'un compartiment de l'environnement à l'autre (sols, eau, air…) de longues années après qu'ils aient été produits. (…) L'étude des perturbateurs endocriniens est aujourd'hui très importante pour la santé, mais aussi pour l'environnement. " 

 

Les conséquences sur la santé de cette crise écologique apparaissent ainsi aujourd’hui de plus en plus clairement, au sein de nombreuses populations, surtout vulnérables, qui subissent de plein fouet les conséquences des changements environnementaux. La crise écologique est donc source en partie d’un ensemble de crises sanitaires, mais aussi sociétales.

Enjeux sanitaires 

Les conséquences de la crise écologique sur la santé sont nombreuses. Par exemple, la pollution de l’air aurait provoqué, à elle seule, la mort prématurée de 9 millions de personnes en 2015 dans le monde (4). Un certain nombre de maladies émergentes, parfois sources de graves épidémies, trouvent leur origine chez l’animal et les activités humaines qui l’entourent (formes intensives d’élevage, usage inapproprié ou abusif des antibiotiques en santé animale…).

Il conviendrait, dans cette perspective, de réfléchir à intégrer les concepts de biodiversité, d’évolution biologique et plus largement d’environnement dans les questions de santé et d’interroger la position de l’humanité au sein du vivant non-humain en termes sanitaires, voire médicaux. 

Enjeux sociétaux 

C’est tout un ensemble de questionnements éthiques et sociétaux qu’il conviendrait de mener pour examiner les interactions entre le vivant humain et non humain. En effet, comme cela a déjà été précisé, le lien entre santé et environnement invite à réfléchir à un certain nombre de problèmes socio-économiques de grande ampleur. Ce sont les populations les plus pauvres qui subissent en premier lieu les conséquences parfois dramatiques des crises environnementales ou de l’appauvrissement des ressources naturelles. La difficulté à accéder à l’eau potable dans certaines régions du globe et la pérennisation de la pauvreté et de la faim dans le monde en sont à cet égard des exemples frappants. Une majeure partie des pays développés contrôle, gère et consomme l’essentiel des ressources naturelles, si bien que la gestion à long terme de ces dernières doit certainement, dans une perspective éthique, intégrer des notions plus larges de solidarité comme la lutte contre la pauvreté. Ceci nous interpelle également dans les priorités à donner à l'aide au développement.

Enjeux scientifiques 

Au regard des bouleversements de la science et de la technique dans le domaine environnemental, la question d’une éthique de responsabilité au sein des communautés scientifiques se pose. En effet, si les scientifiques sont appelés à mieux comprendre les liens entre biodiversité et santé, ils sont aussi invités à un meilleur partage des  connaissances parmi leurs concitoyens et à questionner les applications de leur recherche avec les décideurs politiques et l’ensemble de la société. Par exemple, à l’heure où les biotechnologies de transformation du génome gagnent en performance et en facilité d’utilisation, les conséquences de leur application au vivant dans toute sa diversité sont en effet à questionner, notamment en termes de santé, humaine mais végétale et animale. Par ailleurs, il convient d’encourager la poursuite des recherches en cours qui visent à déterminer précisément l’impact des différents facteurs sur l’environnement et la santé humaine. 

Enjeux juridiques et politiques 

Se pose aujourd’hui la question d’une gouvernance mondiale, apte à réguler la gestion des biens communs (ressources naturelles…) dans les domaines économiques et industriels. Se pose également, dans cette perspective, la question de la responsabilisation et de la prise de conscience de la société civile. 

C’est, de façon plus générale, les notions de progrès et de croissance qui sont remises en question, notamment vis-à-vis de la vieille utopie d’une nature asservie par l’humanité. L’humanité serait aujourd’hui appelée à demeurer capable de s’adapter aux transformations que les sociétés induisent sur la planète, afin d’éviter de laisser aux générations futures une Terre moins propice à l’humanité qu’elle ne l’est aujourd’hui. Se demander quel monde nous voulons demain nécessite aujourd'hui sûrement de réfléchir à une autre façon pour l’humain d’exister au sein d’écosystèmes fragiles et aux ressources limitées. 

 

Un moustique génétiquement modifié pour lutter contre le paludisme

 

 

Exemples de questions à débattre

  • Faut-il appliquer les principes éthiques concernant la recherche sur le génome à la recherche et aux applications impliquant des modifications génétiques dans l’environnement, y compris celles visant un objectif de santé? 
     
  • Comment développer la réflexion sur la santé humaine, en l’élargissant à la prise en compte des facteurs environnementaux et du droit de vivre dans un environnement assurant la santé des générations présentes et futures? 


Notes

(1) Préambyle à la Constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé 

(2) Définition du CNRTL - http://www.cnrtl.fr/definition/environnement, consulté le 02/02/2018

(3) https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/perturbateurs-endocriniens, consulté le 02/02/2018

(4) The Lancet Commission on pollution and health, oct. 2017 http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2817%2932345-0/abstract 

 


Pour aller plus loin
Quelques exemples de documents à consulter

Cette documentation sera complétée et mise à jour tout au long des Etats généraux de la bioéthique

 
Nom du document Auteur Date de Publication Nature Accès
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) Septembre 2016 Avis Accès libre
La justice climatique : enjeux et perspectives pour la France Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) Septembre 2016 Avis Accès libre
La transition écologique : défis et enjeux Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) Novembre 2016 Avis Accès libre
Vers une bioéconomie durable Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) Mars 2017 Avis Accès libre
Sciences et société : Répondre ensemble aux enjeux climatiques Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) Octobre 2017 Avis Accès libre
La transition écologique et solidaire à l'échelon local Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) Novembre 2017 Avis Accès libre
Contribution à l’Elaboration du 3ème Plan National Santé Environnement 2014 Groupes de Travail et Comité d’Appui Scientifique chargés de propositions d’action pour le PNSE3 Juin 2014 Rapport Accès libre
Stratégie national de santé : contribution du Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique 2017 Contribution Accès libre
Repenser la place de l'humanité dans la nature Comité consultatif national d'éthique 2015 Contribution Accès libre
La stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens : évaluation de la mise en œuvre et propositions d’évolution Inspection Générale des Affaires Sociales Décembre 2017 Rapport Accès libre
 

Accéder à la consultation ›