Emmembryon

  • Inscrit depuis le 29/03/2018
  • ANGOULEME

Propositions

Constats et enjeux 1

Valeurs et principes 1

Pistes de discussion 1

Arguments

Sources

  • Emmembryon

    Lois et règlements Article L2151-3

    Liée à la proposition : Interdiction clonage embryon = légiférer

    Article L2151-3
    Un embryon humain ne peut être ni conçu, ni constitué par clonage, ni utilisé, à des fins commerciales ou industrielles.

    Proposition de modification:
    "Un embryon humain ne peut être constitué par clonage, ni utilisé, quelles que soient les fins (clonage reproductif, clonage thérapeutique ou médical, ou clonage à des fins commerciales ou industrielles".
    Cet article se réfère à l'Article 16-4 : "Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine".

    Note: Cette proposition a opté pour distinguer la législation de l'interdiction du clonage de l'embryon humain, [quelles que soient] les fins, de celle de la conception d'un embryon humain, qui comporte des fins de reproduction (FIV).
    Elle doit être complétée par la législation de la conception d'un embryon humain, et de son utilisation, avec une proposition dans ce sens : "Un embryon humain ne peut être ni conçu (*), ni utilisé, à des fins thérapeutiques, médicales, commerciales ou industrielles."
    (*) Quelles que soient les méthodes de conception.

    0
  • Emmembryon

    Lois et règlements Article L2151-1

    Liée à la proposition : le clonage humain reproductif ( interdiction du )

    Comme il est dit au troisième alinéa de l'article 16-4 du code civil ci-après reproduit :

    Art. 16-4 (troisième alinéa).-Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

    0
  • Emmembryon

    Document audiovisuel / iconographique La bioéthique : une mode ou une nécessité ?

    Liée à la proposition : L’interdiction du clonage de l’Embryon humain

    Vidéo publiée le 12/02/2013
    La bioéthique peut être définie comme l'éthique des sciences de la vie et de la santé. Elle regroupe donc l'éthique de la pratique des soins et l'éthique de la recherche médicale. Mais pourquoi avoir préféré le mot "éthique" au mot "morale" ? Qu'est-ce qui distingue ou rassemble la loi, la morale, l'éthique ?
    • Intervenant(s) : Roger Gil, Doyen de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université de Poitiers

    Roger Gil, neuropsychiatre, rappelle les fondements de ce qui distingue ou rassemble la loi, la morale et l’éthique, en montrant qu’on ne peut séparer recherche et soin dans la réflexion bioéthique.
    Le Code de Nuremberg (août 1947) a constitué le point de départ de la prise de conscience des dangers des progrès de la science, lorsqu’ils ne sont pas encadrés par des règles éthiques. La bioéthique s’est ensuite institutionnalisée à partir de 1975 (Déclarations de Tokyo). « Toucher à un être humain, c’est toucher à l’humanité entière ». (cf citation 0:52).

    0
  • Emmembryon

    Articles de presse Les cellules-souches sont capables de survivre à la mort de leur propriétaire.

    Liée à la proposition : Cerveau et âme : le cas des EMI

    C'est la découverte d'une équipe de chercheurs français de l'Institut Pasteur publiée cette semaine dans la revue « Nature Communications ».
    Les scientifiques se sont rendu compte que les cellules-souches du muscle survivent en « état de dormance » dix-sept jours post-mortem chez l'homme et seize jours post-mortem chez la souris.
    Mieux : une fois extraites et remises en culture, elles redeviennent parfaitement fonctionnelles.
    Il en va de même pour les cellules-souches de la moelle osseuse à l'origine des cellules sanguines, qui restent viables quatre jours après le décès chez la souris.

    0
  • Emmembryon

    Article scientifique EMI / Conscience / Mécanique quantique

    Liée à la proposition : Cerveau et âme : le cas des EMI

    Sylvie Cafardy décrit sur l’Espace éthique régional de Poitou-Charentes les "Expériences de mort imminente" (EMI) et les travaux de sir R. Penrose qui montrent que l’esprit humain fonctionne selon les règles de la physique quantique .
    S. CAFARDY, Les expériences de mort imminente, une manifestation de conscience, ERER Poitou-Charentes, fév. 2014,
    [consulté le 31-3-2018].

    NB: Cette source est également présente en lien avec la proposition "Interdiction du clonage de l'embryon humain".
    https://etatsgenerauxdelabioethique.fr/projects/reproduction-developpement-embryonnaire-cellules-souches/consultation/consultation-7/opinions/valeurs-et-principes-quels-sont-les-valeurs-et-principes-que-nous-souhaitons-promouvoir-et-garantir/l-interdiction-du-clonage-de-l-embryon-humain

    0
  • Emmembryon

    Rapport / Étude Question du statut de l’embryon comme personne

    Liée à la proposition : L’interdiction du clonage de l’Embryon humain

    Introduction:

    Selon l'étymologie traditionnelle, « personne » vient du latin persona, terme lui-même dérivé du verbe personare, qui veut dire
    « résonner », « retentir », et désigne le masque de théâtre, le masque équipé d'un dispositif spécial pour servir de porte-voix. [1]

    Il est certain que depuis la conception de l'embryon, jusqu'à la fin de vie, l'être humain (de l'espèce Homo sapiens), passe par des "états de conscience" différents. Il suffit d'étudier les ondes cérébrales, qui déjà reflèteraient chez un foetus le sommeil paradoxal (rêves); et l'on a constaté que cette phase du sommeil diminue avec le temps, à l'âge adulte.
    Si l'on place la barre très haute concernant l'appellation "personne", suivant par exemple le critère "sens du temps", alors on écarterait les personnes autistes ou les enfants de moins de trois ans, ce qui n'est pas acceptable.

    Notice de l'intervention de Jean-Louis Bruguès - Où et quand commence la vie? [2]

    Sur la question du statut de l’embryon comme personne, J.L. Bruguès analyse trois courants de pensée philosophique :
    1° Celui qui "s'appuie sur la phénoménologie", pour lequel "la reconnaissance par l'autre, sous la forme d'un projet parental, fonde l'humanisation". Le statut est alors fixé par autrui.
    2° Un courant qu'il qualifie d'"autonomiste", pour lequel « les êtres raisonnables sont appelés des personnes » (Kant).
    Flechter avance quinze critères pour reconnaître l'émergence de la personne (conscience de soi, sens du temps, capacité à établir une relation avec autrui...).
    3° Le courant qu'il représente, ou "réaliste", pour lequel «L’être humain ne devient pas une personne, il se produit comme personne. De la fusion des gamètes à la puberté, il existe un continuum sans faille, de sorte que toute décision de "personnification" à un moment quelconque du processus serait purement arbitraire. Ni la nidation, ni l'apparition de la première cellule nerveuse, ni la naissance même ne constituent des césures significatives, créant un avant et un après.»

    [1] Nicole SINDZINGRE, Henry DUMÉRY, « PERSONNE », Encyclopædia Universalis [en ligne],consulté le 27 avril 2018.
    URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/
    [2] J.L. BRUGUES, Où et quand commence la vie ?, Pour une bioéthique européenne, Annales d’histoire et de philosophie du vivant, Vol. 7, Ed. Empêcheurs de tourner en rond, 2003, pp. 51-56.

    0
  • Emmembryon

    Billet de blog Comment définit-on un « être humain » ?

    Liée à la proposition : L'embryon est un être humain dès l'instant de sa conception

    Vendredi 4 mai 20:30-22:30 - Conférence de Jean-Claude Guillebaud à propos des lois de bioéthique
    Comment définit-on un « être humain » ?

    Il nous arrive quelque chose d’incroyable : les deux valeurs que nous célébrons et convoquons sans relâche, l’humanité et l’homme lui-même, sont aujourd’hui minées et menacées dans leurs fondements. Qu’est-ce que l’espèce humaine ?
    Comment définir l’homme ? Qu’est-ce qui différencie, au bout du compte, l’homme de l’animal, de la chose, de la machine ?
    De la course aux biotechnologies aux vertiges du cyberespace, des manipulations génétiques aux tentations eugénistes, de la marchandisation du monde à la chosification de la vie, la même question, obsédante, se trouve désormais posée.
    Celle-ci : saurons-nous encore définir — et défendre — l’irréductible humanité de l’homme ?
    Au-delà du prochain débat sur la révision des lois « bioéthiques », la question posée est celle-là.

    Jean-Claude Guillebaud
    Doctorant en sciences criminelles. A longtemps été grand reporter et correspondant de guerre pour Sud-Ouest, Le Monde et Le Nouvel Observateur. Directeur littéraire aux éditions du Seuil de 1982 à 2010, il tient une chronique au « Nouvel Observateur » et un bloc-notes dans l’hebdomadaire « La Vie ». Il a appartenu au Conseil de Surveillance du groupe Bayard.
    Depuis 2015, il est Docteur Honoris Causa de l’université de Louvain-la-Neuve. Il a publié une trentaine d’ouvrages dont huit essais sur le désarroi contemporain.

    Lieu: Maison diocésaine, 226 rue de Bordeaux, Angoulême

    0
  • Emmembryon

    Billet de blog Expériences de mort imminente / Conscience / Mécanique quantique / ADN

    Liée à la proposition : L’interdiction du clonage de l’Embryon humain

    Sylvie Cafardy décrit sur l’Espace éthique régional de Poitou-Charentes les expériences de mort imminente (EMI) et les travaux de sir R. Penrose qui montrent que l’esprit humain fonctionne selon les règles de la physique quantique .
    S. CAFARDY, Les expériences de mort imminente, une manifestation de conscience, ERER Poitou-Charentes, fév. 2014,
    [consulté le 31-3-2018].

    Pour effectuer le lien avec l'embryon, cet article est à mettre en lien avec d'autres recherches par discipline:

    1/ Sciences physiques et médecine:
    - recherches sur la structure des protéines de l'ADN, qui ressemblent à des hologrammes, en lien avec la mécanique quantique.
    - recherches sur les souris dont l'ADN a mémorisé les évènements vécus par leurs parents (bons ou mauvais souvenirs).
    Donc, déjà sur le plan scientifique, on peut dire que l'embryon dispose d'un ADN qui contient tout un programme de vie,
    et dont on est loin de comprendre le mystère. Respectons cet être humain.
    PS. N'étant pas chercheur, je fais confiance aux contributions des spécialistes qui s'intéressent à ces sujets!

    2/ Philo, anthropologie et théologie:
    On ne peut pas trafiquer l'embryon, en mettant au panier des siècles de métaphysique..
    Historique de la notion de corps et âme; philosophie grecque, tradition judéo-chrétienne, Moyen Age, époque moderne.
    Citons juste Grégoire de Nysse, qui exprime que "tout l'être (âme et corps) est présent dans l'embryon".
    G. de NYSSE, La création de l'homme, SC n°6, Cerf, 2002, §236, p.224.
    PS. Synthèse à venir..

    1
  • Emmembryon

    Articles de presse Affaire « Un de nous contre Commission européenne » : le Tribunal de l’Union européenne a rendu son

    Liée à la proposition : L’interdiction du clonage de l’Embryon humain

    Communiqué – 23 avril 2018
    L’ECLJ prend note de l’arrêt du Tribunal de l’Union européenne rendu le 23 avril 2018 dans l’affaire One of Us – Un de nous contre la Commission européenne (T‑561/14).

    1
  • Emmembryon

    Site internet La Fédération européenne "Un de nous" agit pour la dignité de l'embryon comme être humain

    Liée à la proposition : L’interdiction du clonage de l’Embryon humain

    "La Fédération ONE OF US a été créée à la suite de l’Initiative citoyenne européenne ONE OF US.
    Celle-ci a été lancée en mai 2012 pour demander à la Commission l’arrêt du financement par l’UE des programmes conduisant à la destruction d’embryons humains(programmes de recherche sur l’embryon humain et programmes d’avortements dans les pays en développement). 
    Elle a réuni plus de 1,8 million de signatures."
    http://www.undenous.fr/qui-sommes-nous-2/

    1

Votes